JOURNEE d’échanges avec les entreprises privées impliquées dans l'observation de la terre (OT) « GLOBAL MONITORING FOR ENVIRONMENT AND SECURITY IN AFRICA (GMES-AFRICA) »

Le 23 Août 2019, s’est déroulé dans la salle de réunion de la Direction de la Production Halieutique (DPH/MAEP), l’atelier d’échanges avec les entreprises privées impliquées dans l'observation de la terre du projet « Global Monitoring for Environment and Security in Africa » (GMES-AFRICA). Sur financement de la Commission de l'Union européenne et la Commission de l'Union Africaine, cet atelier a été organisé par l’Institut des Recherches Halieutiques et Océanologiques du Bénin (IRHOB/CBRSI) en collaboration avec la Direction de la Production Halieutique (DPH). Il a réuni une trentaine de personnes, majoritairement des acteurs du domaine marin et côtier béninois, autres structures étatiques et des organisations socioprofessionnelles. Parmi les entreprises privées, nous pouvons mentionner DJ Prestige et Wilda Service, spécialisées dans la production des cartes de vulnérabilité côtière.

L’objectif principal du projet GMES-Afrique est de fournir aux décideurs des informations et des outils d'observation de la Terre (OT) pour une gestion efficace des ressources marines et côtières en Afrique de l'Ouest. Il est exécuté dans une dizaine de pays du Golfe de Guinée dont le Bénin.

La liste des participants est annexée au présent rapport.

L’atelier s’est déroulé en trois (03) phases : la cérémonie d’ouverture ; le déroulement de l’atelier et la cérémonie de clôture.

I. Cérémonie d’ouverture

Le mot de bienvenue aux participants a été prononcé par le représentant de la D/DPH, monsieur Gangbazo Herman. Il est suivi par le D/IRHOB qui a tout d’abord rappelé les objectifs du projet GMES-Africa qui est la continuité du projet MESA. Il a, par la suite, présenté l’objectif de l’atelier.

Photo1 : Atelier en cours

II. Déroulement de l’atelier

Un présidium composé de deux (02) personnes a été mis en place pour la conduite des activités de l’atelier :

  • Président : M. Akitikpa Bernard (Agent de la DPH)
  • Rapporteur : M. Adjé Christian (Représentant IRHOB)

Une seule communication a été inscrite à l’agenda de l’atelier. Elle est présentée par le Directeur de l’IRHOB, Monsieur SOHOU Zacharie. La présentation porte sur l’Observation de la Terre (OT), les travaux à faire par les privés dans l’exécution du projet GMES-Afrique, les pays concernés par le projet, les activités et leurs avantages pour les pays concernés et la durée du projet.

A la suite de la présentation, le débat ouvert a rapport aux rôles et la participation des entreprises privées dans le projet GEMS-Africa et l’appropriation des applications d'OT dans les zones marines et côtières. Il a été question de discuter des stratégies et des domaines de coopération entre les entreprises privées et le projet, le partage et diffusion de l'information et l’amélioration des produits et des services qui peuvent être offerts.

Concernant la réalisation des cartes de vulnérabilité de la zone côtière du Bénin, elle pourrait être confiée aux entreprises privées engagées et compétentes dans le domaine. A cet effet, ensemble avec les participants, certaines thématiques qui peuvent faire objets de cartographie ont été identifiés. Il s’agit de :

  • identifier les segments sensibles à l’érosion côtière au Bénin, au Nigéria, en Côte d’Ivoire, en Sierra-Leone et au Sénégal ;
  • produire des cartes de changement de ligne de côte pour les segments sensibles à l’érosion côtière au Bénin ;
  • collecter les informations sur les populations des zones côtières du Bénin ;
  • valider les différentes cartes réalisées.

Photo 2 : Déroulement de l’atelier

A la fin de la présentation, des débats très enrichissants s’en ont suivi ; les acteurs ont cherché à comprendre comment le travail sera fait et les modalités de fonctionnement. Pour les représentants des deux bureaux d’études (entreprises privées) et les consultants, le montant alloué au travail n’est pas suffisant par rapport aux travaux à exécuter en tenant compte de l’achat des fonds de carte extrêmement cher.

Pour répondre à ces préoccupations, le présentateur a proposé aux intervenants l’exploitation des données satellitaires et autres données disponibles. Pour finir, il a rassuré les uns et les autres de la faisabilité des activités de GEMS-Africa.

III. Cérémonie de clôture

Le discours de la cérémonie de clôture a été prononcé par le représentant du D/DPH et le D/IRHOB. Ils ont respectivement remercié les participants pour avoir répondu présents, à cet atelier et ont souhaité un bon retour à chacun d’eux.

Le rapporteur