PROGRAMME D’APPUI A LA SURVEILLANCE MONDIALE POUR L’ENVIRONNEMENT ET LA SECURITE EN AFRIQUE

INFORMATIONS ET SENSIBILISATION DES PECHEURS SUR LES PRODUITS DE GMES & AFRICA POUR LA GESTION DURABLE DES RESSOURCES MARINES

 

SOMMAIRE
I. INTRODUCTION
II. OBJECTIFS DE LA MISSION
III. METHOLOGIE DE LA MISSION
IV. DEROULEMENT DE LA MISSION
V. CONCLUSION

 

I. INTRODUCTION

Les écosystèmes marins et côtiers de l’espace ouest-africain regorgent d’importantes biodiversités animales et végétales. Ces ressources naturelles marines et côtières sont, depuis des siècles, le support d’intenses activités socioéconomiques, développées par les populations riveraines. Ces diverses pressions anthropiques ne sont pas sans conséquences sur ces écosystèmes en dégradation continue. Pour freiner cette tendance et développer des stratégies de gestion durable des ressources naturelles du milieu marin et côtier de l’Afrique, le programme de Surveillance Mondiale pour l'Environnement et la Sécurité en Afrique (GMES and Africa) a été développé pour renforcer les réalisations et les acquis du programme de Surveillance de l'Environnement et la Sécurité en Afrique (MESA) mis en oeuvre de 2014 à 2017.

Le programme GMES and Africa a démarré en août 2018 pour une durée de 3ans. Il regroupe 13 consortiums répartis dans 12 pays côtiers de la CEDEAO, à savoir : le Bénin, le Cap-Vert, la Côte d'Ivoire, la Gambie, le Ghana, la Guinée, la Guinée Bissau, le Liberia, le Nigeria, le Sénégal, la Sierra Leone et le Togo. Il est coordonné par l'Université du Ghana et vise principalement la fourniture aux décideurs des informations et des outils d'observation de la Terre (OT) pour la gestion durable des ressources marines et côtières de l’Afrique de l’Ouest. Plus spécifiquement, GMES and Africa vise l’atteinte des objectifs ci-après :

  1. le renforcement des capacités régionales et nationales de production et d'application de l'information fondée sur l'OT ;
  2. la sensibilisation du public au rôle crucial de l'observation de la Terre dans la gestion durable des ressources marines ;
  3. le suivi des habitats et des écosystèmes marins et côtiers.

Il est cofinancé par l'Union Européenne (UE) et la Commission de l'Union Africaine (CUA) et devrait à terme, impacter la prise de décision dans les 12 pays bénéficiaires. Sa mise en oeuvre se fait à travers un réseau d'acteurs nationaux, d'organismes régionaux de pêche, d'universitaires et de chercheurs provenant de l’Université du Ghana (Centre régional marin) ; de l’Institut Nigérian d'Océanographie et de Recherche Marine (NIOMR) ; du Centre Universitaire de Recherche d'Application en de Télédétection (CURAT) de la Côte d’Ivoire ; de l’Institut de Recherches Halieutiques et Océanologiques du Bénin (IRHOB); du Centre de recherches océanographiques de Dakar -Thiaroye (CRODT) ; de l’Agence météorologique du Ghana (G-MET) ; de l’Institut National pour le Développement de la Pêche (INDP) du Cap-Vert et de Wetlands International Afrique (WIA) du Sénégal.

Pour le volet 2 du programme GMES-Africa, à savoir : « la sensibilisation du public au rôle crucial de l'observation de la Terre dans la gestion durable des ressources marines », l’Institut de Recherches Halieutiques et Océanologiques du Bénin (IRHOB) a mené des campagnes de sensibilisation auprès des pêcheurs sur le rôle crucial de l'observation de la terre pour la gestion durable des ressources marines au Bénin. Cette première campagne de sensibilisation des pêcheurs a eu lieu du 25 au 30 novembre 2019 dans plusieurs campements de pêcheurs, installés le long de la côte béninoise.

II. OBJECTIFS DE LA MISSION

L’objectif principal de la mission est de contribuer à la gestion durable des ressources marines et côtières du Bénin au moyen des outils d'observation de la terre (OT).
Les objectifs spécifiques de la mission sont :

  1. Informer les pêcheurs sur les risques marins et côtiers ;
  2. Informer les pêcheurs sur les conduites à tenir face aux alertes qui sont émises sur l’état de la mer ;
  3. Mettre à jour la base de données des pêcheurs marins artisans par campements installés le long de la côte béninoise.

III. METHOLOGIE DE LA MISSION

La mission s’est déroulée en deux phases à savoir :

  • la phase préparatoire pour l’organisation technique et matérielle de la mission. Elle a consisté à mobiliser les ressources matérielles (véhicules de terrain et autres matériels de communication) ; les traducteurs en langues locales ; les journalistes pour le reportage des actions ; les pêcheurs et assimilés de chaque campement ;
  • la phase de terrain a consisté à sillonner les campements retenus avec l’équipe de reportage.

IV. DEROULEMENT DE LA MISSION

Au cours de la mission, cinq (05) campements ont été sillonnés. Il s’agit de : campement de Sèmè Okou (Commune de Sèmè Pkodji) ; campement de Fidjrossè (Commune du Littoral) ; campement de Togbin (Commune de l’Atlantique) ; campement d’Avlékété (Commune de Ouidah) et campement d’Ayiguinou (Commune de Grand-Popo).

Les photos ci-dessous montrent les étapes de la mission dans chaque campement visité.

CONCLUSION

Cette première campagne d’information et de sensibilisation des pêcheurs marins artisans sur les outils d’observation de la terre a permis à l’IRHOB d’exposer aux acteurs marins les différents outils développés sur le l’état de la mer. Il s’agit de la production de :

  • bulletins sur les conditions océaniques ;
  • cartes des sites potentiels pour la creation des reserves marines ;
  • sms-alertes sur l’état de la mer ;
  • drapeaux sur l’état de la mer.

Cette tournée a également permis à l’IRHOB de recueillir les préoccupations des pêcheurs par rapport à leur sécurité en mer. A cet effet, ils ont souhaité que le transpondeur qui leur a été annoncé, soit mis à leur disposition par l’Etat béninois. Ils ont aussi émis le voeu de renouvellement des sms-alertes sur l’état de la mer, suspendu par faute de moyens.

Tous les pêcheurs rencontrés ont apprécié cette campagne de sensibilisation et ont souhaité sa pérennisation.